L’Italie sera-t-elle la suivante?

Après le Brexit et les élections aux États-Unis, le prochain événement politique important surviendra en Italie. Le 4 décembre, le gouvernement tiendra un référendum sur la révision de sa constitution. Le gouvernement voudrait renforcer le pouvoir de l’administration centrale par rapport à celui des régions, de manière à permettre à la première de mettre à exécution ses projets de réforme. Une victoire du non au referendum serait une occasion ratée de renforcer de manière structurelle l’économie italienne. Qui plus est, le premier ministre Renzi a indiqué qu’il démissionnerait le cas échéant. L’Italie devrait alors organiser de nouvelles élections, dont l’issue est incertaine.

italy

Après les récentes surprises politiques, une victoire du non au référendum n’est certainement pas exclue. En Italie, l’économie est en stagnation depuis déjà près de vingt ans. L’activité économique par habitant est actuellement au même niveau que fin 1997. La probabilité d’un anti-vote est dès lors réelle. Il n’est même pas impensable que l’Italie s’oppose tôt ou tard au modèle européen. Pour l’Italie à plus forte raison, ce modèle n’a en effet pas fourni le bénéfice économique qu’on en attendait. Le risque est dès lors réel que l’Italie amorce également un virage populiste.

Nous n’y sommes pas encore mais les marchés financiers ne sont pas rassurés pour autant. Le taux sur les obligations italiennes a pris rapidement de la hauteur ces dernières semaines. Le différentiel de taux par rapport aux emprunts allemands a entre-temps atteint près de 2% sur des échéances de 10 ans. C’est le plus haut niveau depuis l’automne 2014, et aussi sensiblement plus que le différentiel en Espagne par exemple. Pour l’heure, on attend donc de savoir ce qui se passera en Italie. Si le camp du non prend le dessus, il est probable que la BCE exploite son programme de rachats d’obligations pour apaiser les marchés. Dans tous les cas, la possibilité que la BCE allège à court terme son programme de rachats – une idée émise ci et là ces dernières semaines – est très peu probable dans ce contexte.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 18 novembre, 2016