Thème de la semaine: Lithium: une matière première prometteuse !

Après quelques années très difficiles, les perspectives des valeurs minières évoluent favorablement avec la hausse des cours de nombreuses matières premières. Et si toutes ne sont pas logées à la même enseigne, le lithium compte parmi celles qui semblent promises au plus bel avenir. Ce métal alcalin est surtout produit en Australie, au Chili, en Argentine et en Chine. Traditionnellement, le lithium était surtout utilisé dans l’industriefmc verre et de la céramique. Mais d’ici 2025, c’est l’industrie des batteries qui pourrait prendre à son compte 80 % des ventes de lithium. Les seules batteries pour des voitures hybrides et électriques représenteraient alors plus de 60 % de la demande totale de lithium, contre moins de 10 % aujourd’hui. En raison du succès des voitures électriques et hybrides, la demande de lithium pourrait enregistrer une croissance annuelle à deux chiffres au cours des dix prochaines années. En 2015, on a produit environ 185.000 tonnes de lithium. Les prévisions moyennes des analystes font étatde 400.000 à 600.000 tonnes en 2025. Et cette estimation s’avérera sans doute (beaucoup) trop prudente en cas de réelle percée des véhicules électriques et hybrides.

Les entreprises minières qui produisent du lithium ne s’intéressent pas uniquement à l’évolution de la demande. Nettement plus complexes, les nouveaux projets en préparation exigent des cours plus élevées. Si les producteurs parviennent à accroître leur volume de production et à le commercialiser à des prix plus élevés, l’avenir du secteur semble radieux. Et les investisseurs sont manifestement convaincus qu’ils y parviendront, car les cours des principaux producteurs de lithium – les entreprises américaines Albemarle et FMC et le groupe chilien SQM – sont en forte hausse cette année, dans certains cas de près de 50 %.commodity

Investir dans les entreprises minières n’est pas une sinécure. Ces entreprises sont en effet très sujettes au « cycle du cochon », un phénomène caractérisé par une succession rapide d’excédents et de déficits dans laquelle les fournisseurs adaptent rapidement leur offre au prix du marché. Il en résulte une évolution des cours très volatile. De plus, un investissement durable dans des producteurs de matières premières n’a rien d’évident. Les conditions de travail et le respect de l’environnement constituent souvent un thème délicat dans ce secteur. Mais il est tout aussi souvent porteur d’opportunités pour les investisseurs qui travaillent suffisamment leurs dossiers.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 25 novembre, 2016