Attention à la queue épaisse

Cette semaine, Econopolis a reçu la visite Nassim Taleb, auteur, statisticien et bien d’autres choses encore, notamment connu pour son formidable « Cygne noir » de 2007. Taleb doit sa réputation à ses opinions très tranchées sur un large éventail de sujets allant du changement climatique à la religion en passant par les marchés financiers.

10870_207_dann_mid

Une de ses analyses plus pertinentes reste la distinction qu’il établit entre deux univers fondamentalement différents, le Médiocristan et de l’Extrémistan. Dans le premier, tout est réparti selon une norme et il n’a pas de valeur extrême. Son exemple traditionnel est la taille des adultes : elle peut varier énormément, mais n’atteint jamais 4 mètres, par exemple. En Extrémistan en revanche, des extrêmes peuvent dominer toute la distribution et biaiser complètement les moyennes (la « queue épaisse » de la répartition). Un exemple classique en est la répartition des richesses dans la société.

Le constat essentiel de Taleb est que les marchés financiers appartiennent à l’univers de l’Extrémistan. Sur les marchés financiers, des événements extrêmes peuvent survenir et dominer tout ce qui précède. Les moyennes n’ont donc aucune importance. La crise de 2008 était l’un de ces événements. Dans ce contexte, il n’y a aucun sens à évaluer la situation sur les marchés financiers à l’aune des méthodes statistiques classiques. Les investisseurs doivent tenir compte de la possibilité d’événements extrêmes, et intégrer une protection contre ce type d’incidents dans leur portefeuille. Et si ces événements extrêmes sont imprévisibles par nature, Nassim Taleb souligne que des périodes de faible volatilité en constituent un vivier important parce qu’elles ont tendance à « anesthésier » investisseurs et marchés.

Selon Nassim Taleb, la situation actuelle sur les marchés financiers mérite une telle prudence. L’expérience monétaire globale des banques centrales a créé un climat de très faible volatilité. Cela ouvre des perspectives pour des chocs importants, dont il est cependant impossible de prévoir quand ils vont survenir. Nassim Taleb affirme littéralement que « a lot of paranoia » se justifie pleinement concernant les marchés financiers actuels.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 8 décembre, 2017