Econopolis mène l’enquête au Brésil

En quête d’informations, Gino Delaere, le spécialiste des pays en voie de développement chez Econopolis, s’est rendu au Brésil où le nouveau président Jair Bolsonaro profite actuellement de sa lune de miel avec le pays. Voici les conclusions qui résultent de ses nombreuses visites sur le terrain.

img_8460

 

L’opération Lava Jata (Car Wash) de Bolsonaro

Jair Bolsonaro a entamé son mandat il y a une semaine, ce après avoir remporté haut la main les élections présidentielles du Brésil fin 2018. Pour de nombreux Brésiliens, il est l’homme de la situation, celui qui va remettre le pays sur les rails. La population a en effet voté en masse pour le changement, quitte à fermer les yeux sur certaines déclarations controversées de l’homme politique. Le peuple en a eu assez de la corruption omniprésente imposée par le parti socialiste dominant Partido dos Trabalhadores (Le Parti des travailleurs). L’opération anticorruption s’est vue attribuer le nom très approprié de ‘Lava Jato’ ou ‘Car Wash’. La mission de Bolsonaro consiste d’une part à sortir le pays de la crise politique à laquelle il a été confronté dernièrement, et d’autre part à intervenir sur le plan social – ramener la sécurité dans les rues – et économique où de nombreux défis l’attendent. Le président fraîchement élu a du pain sur la planche.

Le Brésil vient de connaitre une des plus grandes périodes de récession de son existence, entraînant un hause du niveau de chômage. Le pays doit également faire face à un déficit budgétaire énorme, la dette publique augmente et on ne parvient plus à trouver les fonds pour financer le système de la sécurité sociale… À l’heure actuelle, le Brésil dépense autant en matière de pensions que pour l’enseignement et l’infrastructure réunis. Les pensions des fonctionnaires représentent environ un tiers des dépenses gouvernementales, soit plus ou moins un dixième de l’économie brésilienne. Et ce dans un pays ou la moyenne d’âge est de 31 ans !

Lune de miel

Le nouveau président se fait assister par toute une équipe d’économistes dirigée de main de maître par Paulo Guedes, un économiste respecté et réputé pour être partisan d’une politique budgétaire stricte ; il prône la privatisation et préconise une réforme radicale du système des retraites. Quelle douce musique aux oreilles des marchés financiers qui approuvent dès lors sans hésiter cette période de lune de miel du nouveau chef d’état.

L’indice boursier brésilien Ibovespa se porte plutôt bien en ce début d’année. Il faut toutefois tenir compte d’un éventuel retournement de situation si la réforme en profondeur, tant attendue, tarde à être mise en place. Les marchés pourraient alors retourner leur veste en empochant les profits et en retirant leur argent du pays. Cela pourrait susciter une nouvelle vague de problèmes. La situation peut désormais se qualifier de binaire: ça passe ou ça casse. Econopolis suit tout ceci de très près. Les prochains mois détermineront si Bolsonaro tiendra oui ou non ses promesses de campagne. Jusqu’à présent, diverses choses ont été mises en place mais une certaine réserve est de mise quant à l’avenir du pays sud-américain.

Visites de diverses entreprises brésiliennes

img_8465

Le Brésil a plusieurs cordes à son arc. Le pays abrite des entreprises mondiales (global challengers), tout comme elle compte plusieurs institutions locales (local champions). En outre, on constate que la gouvernance d’entreprise (corporate governance) y est en moyenne meilleure que dans les autres pays en voie de développement. On y trouve de nombreuses entreprises avec une gestion à la hauteur de nos attentes, celle-ci est prise en charge par des équipes de direction qui ont toutes fait leurs preuves dans le milieu.


img_8504

La semaine dernière, notre spécialiste des pays en voie de développementGino Delaere, s’est rendu au Brésil pour y découvrir une trentaine d’entreprises. Il a notamment rendu visite au célèbre Ambev, premier brasseur du pays, également très actif dans le domaine des boissons non-alcoolisées. Gino s’est ensuite rendu chez un autre “global challenger”, l’entreprise Localiza,qui vient tout juste de fusionner avec Hertz Brésil. À terme, ils visent 50 % des parts du marché grâce à de nouveaux débouchés ainsi qu’à la consolidation du secteur en plein essor de par la digitalisation. OdontoPrev, leader du marché en médecine dentaire, a à son tour reçu la visite d’Econopolis. L’entreprise vient de subir un relooking technologique de taille et continue à innover en vue de prendre des parts de marché aux concurrents.

img_8642

Viennent alors les entreprises Lojas Americanas et MagazineLuiza, moins connues mais néanmoins très prometteuses. MagazineLuiza est un détaillant en appareils ménagers, spécialiste en produits électroniques. L’entreprise est devenue un pilier du e-commerce. Cette métamorphose s’est faite de manière assez spectaculaire, ce qui lui a valu une place de choix afin de pouvoir profiter pleinement de la croissance explosive du secteur d’activité. Lojas Americanas est un autre détaillant qui a également compris que les consommateurs brésiliens sont des cyberacheteurs en herbe. L’entreprise a, de ce fait, orienté sa stratégie marketing dans ce sens. Elle possède des actions chez B2W, une des plus grandes plateformes d’e-commerce au monde. Il est plus qu’évident que le Brésil ne manque pas d’entreprises au fort potentiel, toutes dirigées par des équipes de direction à la hauteur de leurs besoins.

Econopolis suit la situation économique du Brésil et des autres pays en voie de développement de très près, ce notamment par le biais de visites d’entreprises menées à bien par Gino Delaere et Leona Tan, l’équipe des marchés émergents dont le quartier général est situé à Singapoure. Ces visites permettent d’analyser la conjoncture économique à l’aide d’indicateurs macroéconomiques et dévoilent de nouvelles opportunités d’investissement par la même occasion.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 16 janvier, 2019