Escalade du conflit

kimLa Corée du Nord a tiré un nouveau missile au-dessus du Japon, qu’il a accompagné d’une série de menaces, en l’occurrence celle de « couler le Japon » et de « réduire les Etats-Unis en cendres ». Et comme chaque fois, l’action nord-coréenne a aussitôt été condamnée aux quatre coins du monde. Ce jeu dangereux a commencé il y a plusieurs semaines déjà, et pourtant, les marchés financiers semblent en faire peu de cas. Bien qu’il s’agisse en l’occurrence de l’escalade d’une situation conflictuelle entre grandes puissances, cette indifférence des marchés relève d’une certaine logique.

Le principal objectif du régime nord-coréen n’est pas de conquérir la Corée du Sud ou de chasser les forces militaires américaines de la région, mais uniquement de maintenir sa position de force. Pour cela, il doit détourner l’attention de sa propre population de la famine et du drame économique général. Qui plus est, il doit décourager les autres puissances d’attaquer. Dans ce cadre, la Corée du Nord a certes tout intérêt à se montrer ferme face à des pays tels que la Corée du Sud et les Etats-Unis. Mais lancer elle-même l’offensive n’a aucun sens. Le régime nord-coréen aussi doit se rendre compte des risques que cela suppose pour lui-même.

nkUne attaque « préventive » provenant de l’Occident est peu probable. La Corée du Nord disposant de l’arme nucléaire, cette stratégie serait en effet trop risquée. Dès lors, la situation est gelée. D’autres tirs missiles et essais nucléaires suivront probablement encore. La Corée du Nord continuera de provoquer ses ennemis, mais une escalade du conflit portant à l’éclatement d’une guerre à proprement parler est improbable. Aucune des deux parties n’a intérêt à ce que la situation évolue dans ce sens. Pour autant, ce scénario n’est pas tout à fait impossible. Dans un climat de tensions, une erreur de jugement ou une réaction déplacée peut mettre le feu aux poudres. En outre, il est aussi possible que le leader nord-coréen Kim manque simplement de rationalité.

Les marchés financiers aussi estiment faible la probabilité d’une guerre. Dans tous les cas, cette probabilité est tellement limitée qu’il y a peu de sens à baser une stratégie d’investissements complète sur ce scénario. Si le vent tournait malgré tout en Corée, des valeurs refuge comme l’or et le dollar seraient à la hausse. Ce type d’actifs jouent un rôle de couverture dans une stratégie diversifiée.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 15 septembre, 2017