Investir dans des actions du football : la bonne stratégie ?

L’Ajax fait actuellement des merveilles en Ligue des champions. Financièrement, le club est également à la fête. Mercredi, au lendemain de la victoire 2-1 contre la Juventus, l’action de l’Ajax gagnait 8%. La Juventus a par contre vu sa valeur en Bourse chuter de quelque 15%. L’investisseur paie donc cash les victoires et défaites sur le terrain. Il est donc logique de se demander s’il est raisonnable d’investir dans des clubs de football. Quels autres facteurs, outre les performances sportives, influent sur le cours de Bourse d’un club de football ?

Actuellement, 23 clubs européens sont présents sur les marchés d’actions. C’est au Danemark que l’investisseur a le plus de choix. Aucun club belge n’est encore coté.

schermafbeelding-2019-05-07-om-09-54-58

 

On notera qu’au lancement de l’indice Stoxx Europe Football en 2002, 33 clubs étaient cotés sur les Bourses européennes. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 22. Ces cinq dernières années, la valeur des actions a aussi fortement baissé.

grafiek-voetbal

 

Avantages et inconvénients de l’introduction en Bourse

Les clubs de football sont de plus en plus dirigés comme des entreprises ordinaires et choisissent d’entrer en Bourse pour les raisons suivantes :

  • toucher de gros investisseurs ;
  • lever aisément du capital ;
  • rehausser leur image de marque.

 

La cotation en Bourse implique cependant aussi des responsabilités. Il faut se tenir à des règles boursières exigeantes, souvent au grand dam des clubs de football. Aucun manager n’aime communiquer sur l’actualité des transferts au monde avant l’heure. La plupart des clubs préfèrent aussi garder secrets les chiffres sur les bénéfices et les pertes.

 

Clubs célèbres cotés en Bourse

Ajax

Le club néerlandais est coté en Bourse depuis 1998. Actuellement, l’action tire son épingle du jeu. Elle le doit évidemment aux exploits sportifs de l’équipe, mais aussi à la valeur de transfert du noyau actuel. Des joueurs comme Frenkie de Jong et Matthijs de Ligt sont courtisés par les grands clubs anglais et espagnols. Ils font gagner leur équipe sur le terrain, mais aussi sur les marchés. Toutes les actions de l’Ajax ne sont pas disponibles à l’achat : 72,2% des parts sont détenues par la Vereniging AFC Ajax.

 

Juventus

Lorsque la rumeur d’un transfert de Cristiano Ronaldo du Real Madrid à la Juventus a commencé à courir l’été passé, l’action du champion national italien a directement pris de la hauteur. Quelques mois plus tard, le club présentait fièrement son nouvel achat. La capitalisation boursière de la Juventus avait alors rapidement dépassé le cap du milliard d’euros. L’effet Ronaldo a fait grimper l’action du club de plus de 55%. Malgré la défaite de mardi contre l’Ajax, personne à Turin ne regrette donc l’arrivée du génie du ballon.

 

Borussia Dortmund

Le Borussia Dortmund est la seule équipe allemande à être cotée en Bourse. Son action se porte bien actuellement, car le club a récemment vu progresser son chiffre d’affaires et ses bénéfices.

 

Manchester United

L’introduction en Bourse de ManU remonte à 2012. Le club est parvenu à lever 233 millions de dollars. C’est à ce jour le plus gros club en termes de capitalisation boursière, avec 3,2 milliards de dollars. Au départ, le club anglais était coté sur le London Stock Exchange, mais il est désormais détenu par les frères américains Glazer et coté à Wall Street.

 

beleggen-in-voetbal

Pourquoi investir dans les clubs de football ?

Une étude scientifique a montré que l’action d’un club de football gagnait en moyenne 1,1% après un week-end de victoire et perdait 0,6% dans le cas contraire. En prenant un raccourci, on pourrait donc penser que les clubs qui gagnent engrangent aussi de beaux résultats en Bourse. Sur le long terme, d’autres facteurs interviennent cependant, notamment la valeur des droits TV, la situation financière du club et la stratégie menée, qui vont influer sur la valeur de marché.

 

De manière générale, un club de football ne se laisse pas aussi aisément analyser qu’une entreprise ordinaire. Chaque année, c’est à nouveau l’incertitude concernant les recettes ; aucun marché n’est plus versatile que le marché des transferts. L’investisseur ne peut pas non plus espérer avoir son mot à dire. De plus, la négociabilité des actions du football est plutôt limitée.

 

Mon club, mon entreprise

Dans la pratique, ce sont essentiellement les supporters qui investissent dans « leur » club. Être actionnaire, et donc aussi copropriétaire, cela renforce évidemment l’amour pour le club. Le danger, c’est que, aveuglés par cet amour, ils perdent toute clairvoyance sur le cours et prennent de mauvaises décisions.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 7 mai, 2019