La BCE n’aura jamais relevé ses taux en huit ans d’administration Draghi

Le président de la BCE Mario Draghi sera le premier président de la Banque Centrale Européenne à ne pas avoir pu relever les taux d’intérêt pendant son mandat. Comme le prévoyait le marché, la BCE a conclu sa dernière réunion en annonçant que les taux directeurs ne seront certainement pas relevés en 2019. Elle a même franchi une étape supplémentaire avec le lancement d’un nouveau cycle d’opérations de refinancement à long terme ciblées ou TLTRO (Targeted-Long Term Refinancing Operation) – une des nombreuses abréviations que les dirigeants de banques centrales ont sorties récemment de leur chapeau, même si le concept n’est pas neuf pour les marchés financiers : c’est déjà le troisième cycle de TLTRO initié par la BCE. Une nouvelle mesure de relance en passe de devenir « la norme » ?

Le moteur de l’économie européenne a des ratés. L’économie allemande a échappé de justesse à la récession grâce à une croissance nulle au quatrième trimestre. L’Italie, troisième économie d’Europe derrière l’Allemagne et la France, a en revanche vu son économie se contracter au cours des deux derniers trimestres 2018. Les secteurs exportateurs, comme l’automobile et la chimie, souffrent des nombreuses incertitudes qui pèsent sur les échanges commerciaux. Cela a incité la BCE à abaisser ses prévisions de croissance et d’inflation pour 2019 et les années suivantes. En décembre, elle attendait encore une croissance de 1,7% dans la zone euro pour 2019. Désormais, c’est seulement 1,1%. Et les prévisions d’inflation pour 2019 – 1,2% – restent largement sous l’objectif de 2% de la BCE. Une déception pour le président de la BCE Mario Draghi après avoir passé plusieurs années à doper l’économie à grands coups de mesures de relance.

 

draghi

Le mandat du président de la Banque Centrale Européenne touche peu à peu à sa fin pour l’Italien Mario Draghi. Il quittera ses fonctions en octobre. L’identité de son successeur ne sera connue qu’après les élections européennes de fin mai. Il est en revanche acquis que ce dernier héritera d’une économie en butte à de nombreux problèmes et dont le réservoir de solutions permettant d’amortir d’éventuels chocs économiques à venir est vide. Au terme de la réunion de décembre, Draghi avait annoncé l’arrêt du programme d’assouplissement quantitatif. La BCE continuera toutefois à réinvestir le produit des obligations qu’elle avait rachetées une fois celles-ci arrivées à échéance. Le bilan de la BCE restera donc stable et la liquidité ne diminuera pas sur les marchés financiers européens. Le bilan de la Banque Centrale Européenne atteint cependant 40% du PIB de la zone euro, ce qui représente plus du double du bilan de la Réserve fédérale par rapport au PIB américain.

La Réserve fédérale a également réussi à relever à neuf reprises son taux directeur ces dernières années. Elle a également diminué son influence sur les marchés financiers en allégeant peu à peu son bilan. Ce « raidissement » de la politique monétaire lui fournit à nouveau des marges de manœuvre pour des périodes économiques plus difficiles. L’écart entre les taux directeurs de la FED et de la BCE atteint ainsi des proportions remarquables. Le ralentissement de la croissance mondiale incite certes la Réserve fédérale à faire preuve de prudence dans la poursuite de relèvements de ses taux directeurs qui fluctuent actuellement entre 2,25% et 2,5%. Mais le taux directeur de la BCE reste scotché à 0%. En décembre, Mario Draghi avait affirmé qu’il le laisserait inchangé jusqu’après l’été. Après la dernière réunion de la banque centrale, il a carrément annoncé qu’il n’y aurait pas hausse des taux en 2019. Comme sa présidence arrivera à son terme fin octobre, l’Italien n’aura donc pas relevé une seule fois son taux directeur pendant ses huit ans de mandat.

draghi-en-2

Plus de six ans après sa célèbre « Whatever it takes » – (la BCE fera « tout ce qu’il faudra » pour sauver l’euro), Mario Draghi n’est donc pas parvenu à réveiller suffisamment l’économie européenne pour qu’elle n’ait plus besoin de stimuli monétaires. L’économie européenne est apparemment incapable d’atteindre de manière autonome la stabilité des prix et une inflation proche de, mais inférieure à 2%. En mars, Mario Draghi a dès lors annoncé un troisième cycle de Targeted Long-Term Refinancing Operations (TLTRO-III). Cette mesure a pour but d’abreuver les institutions financières en liquidités. Ce qui devrait se refléter dans des conditions de crédit favorables pour les entreprises et les ménages, qui pourraient donc se financer à moindre coût et relancer l’économie par des investissements. La dernière série de TLTRO court jusqu’en 2020. À ce moment, non seulement les institutions financières ne bénéficieront plus de ces conditions favorables, mais elles devront également rembourser les crédits que leur a accordés la BCE. Avec ces TLTRO-III, la BCE prolonge ces conditions de financement favorables afin que les institutions financières puissent opérer un roulement de leurs crédits. Il est donc logique de constater que cette mesure a surtout bénéficié aux institutions financières de la périphérie européenne (comme les banques italiennes). La disparition de cette forme de financement bon marché les aurait contraintes à se financer à un coût plus élevé sur les marchés financiers. Le déploiement de TLTRO-III souligne donc que la BCE estime que les institutions financières ne sont prêtes ni à rembourser les crédits de l’ancienne TLTRO, ni à se financer indépendamment de la BCE.

L’abaissement des prévisions de croissance et d’inflation, et le discours qui suggère de nouvelles mesures de relance ont pesé sur les taux obligataires. Ce sont surtout les obligations à haut rendement (et donc plus risquées) qui en ont bénéficié. Les taux des obligations publiques allemandes à 10 ans ont reculé de 0,5% en septembre dernier à 0,05% en mars. Aucune hausse des taux ne semble à l’ordre du jour pour l’instant et cela devrait rester le cas jusqu’à la fin du mandat de Mario Draghi.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 18 mars, 2019