L’éolien a le vent en poupe

Ces dernières semaines, nous avons rencontré des responsables de Vestas et de Nordex, deux grands fabricants d’éoliennes. Ces entretiens ont renforcé notre confiance dans le potentiel de l’énergie éolienne.

Fin des turbulences

Ces deux à trois dernières années, le marché de l’énergie éolienne a subi une petite révolution. Presque tous les pays ont abandonné un système de prix garantis par unité d’énergie produite (« feed-in tariffs ») au profit d’un système de vente aux enchères de concessions pour des parcs éoliens. Cela a accru la concurrence non seulement entre les exploitants de parcs éoliens, mais aussi sur le marché des éoliennes. De plus, plusieurs marchés – dont le marché allemand – ont montré de nets signes d’essoufflement après plusieurs années de nette croissance. Ces facteurs ont pesé sur les prix des éoliennes en 2017 et 2018. Mais ils ont également eu un effet positif, en rendant l’énergie éolienne plus compétitive face aux autres sources d’énergie et en favorisant ainsi la demande d’énergie éolienne.

Augmentation structurelle de la consommation d’électricité

L’agence d’informations financières Bloomberg prévoit une augmentation d’environ 44% de la consommation mondiale d’électricité entre 2017 et 2035. Cette hausse de la demande d’électricité provient surtout des économies émergentes, où une classe moyenne en plein essor peut se permettre un confort croissant (lisez : des appareils électriques). En outre, de plus en plus de produits de consommation sont électrifiés (comme les voitures) et le nombre d’installations de refroidissement (climatisation) est en hausse constante.

Les nouveaux investissements dans la production d’électricité porteront principalement sur l’énergie éolienne et solaire, et dans une moindre mesure les centrales au gaz et les installations hydroélectriques. Les centrales au charbon et aux autres combustibles fossiles verront en revanche leur part dans le mix énergétique diminuer. Outre le coût – l’éolienne est la moins chère –, l’aspect environnemental (les éoliennes n’émettent pas de CO2 lors de la production d’électricité) est également appelé à jouer un rôle de plus en plus important dans les nouveaux projets.

11

Source: Bloomberg

Consolidation

Le marché des fabricants d’éoliennes a également traversé une phase de consolidation ces dernières années. Le groupe allemand Siemens a fusionné sa division éoliennes avec celle des Espagnols de Gamesa, alors que le fabricant allemand Nordex en a fait de même avec les activités dans l’éolien du conglomérat espagnol Acciona. Le marché chinois s’est également consolidé.

Le groupe danois Vestas est le leader mondial du marché des éoliennes avec une part de marché de 16% (sur la base des commandes récentes : 22%). Il est suivi de près par Siemens Gamesa. Les Chinois de Goldwind, General Electric, Enercon et Nordex suivent à une distance respectable (voir graphique).

22

Source: Statista

Le service après-vente, facteur de stabilisation

Le service après-vente (maintenance et réparation) constitue une activité importante pour les fabricants d’éoliennes. Chez Vestas, cette activité pèse environ 16% du chiffre d’affaires. Elle est surtout très rentable, avec une marge opérationnelle de quelque 25% chez Vestas. En outre, le service après-vente est particulièrement intéressant parce qu’il génère des revenus stables et récurrents, au contraire des ventes de turbines dont les résultats peuvent énormément varier selon l’année. Vestas revendique un carnet de commandes de 26 milliards, dont 55% de contrats d’entretien. L’entreprise vend systématiquement ses éoliennes avec un contrat d’entretien de dix ans. 75% de ces contrats sont renouvelés.

 Une année 2019 ensoleillée

Pour cette année, Vestas table sur une croissance du chiffre d’affaires d’environ 10% pour une marge opérationnelle de 8 à 10% (9,5% en 2018). L’entreprise tente de compenser la pression sur les marges induite par la hausse du cours de l’acier et l’augmentation des droits d’importation (notamment aux États-Unis sur les produits venant de Chine – Vestas produit dans le monde entier, mais la Chine est le principal lieu de production du groupe) par des augmentations des prix. Les perspectives pour 2019 sont globalement favorables pour l’industrie éolienne.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 25 février, 2019

< Lisez le dernier article
L'article suivant >