Prudential redistribue les cartes

Après Axa la semaine dernière, qui a annoncé une opération transformative, ce fut le tour cette semaine de la compagnie d’assurance Prudential d’annoncer qu’il réaménageait ses activités. La société entend se concentrer avant tout uniquement sur l’Asie, les Etats-Unis et l’Afrique, et fermera dès lors ses activités en Europe. Les investisseurs ont apprécié cette décision : le titre a gagné quelque 5%.

prudentialPrudential – qui n’a rien à voir avec son pair américain Prudential Financial – est une compagnie d’assurance-vie britannique comptant parmi les leaders du secteur au niveau mondial. L’histoire de l’entreprise remonte à 1848. En 1912, lors du naufrage du Titanic, environ une victime sur cinq de la catastrophe était assurée chez Prudential.

Acteur dominant en Asie

Au Royaume-Uni, l’entreprise s’est spécialisée dans les produits d’épargne-pension. En Europe, Prudential est principalement active par l’intermédiaire du gestionnaire de fonds M&G. Outre-Atlantique, le groupe est un important acteur du marché américain des assurances-vie et des produits d’épargne (via sa filiale Jackson National Life et ce, depuis plus de 30 ans. Le joyau de Prudential est sans aucun doute Prudential Corporation Asia, actif au Cambodge, en Chine, aux Philippines, à Hong Kong, en Inde, en Indonésie, au Laos, en Malaisie, à Singapour, à Taïwan, en Thaïlande et au Vietnam. La branche asiatique de Prudential connaît une croissance exponentielle sous l’effet combiné d’une population croissante, d’une prospérité en évolution positive rapide et d’une faible pénétration des assurances-vie et produits d’épargne. Avec AIA (l’ancienne filiale asiatique du géant de l’assurance américain AIG), Prudential domine le marché des assurances-vie et des produits d’épargne dans de nombreux pays asiatiques. Prudential attribue son excellente position de marché à sa marque forte, son réseau de distribution étendu, ses avantages d’échelle et ses investissements continus au cours des dernières décennies

Un plan sensé

mgMercredi dernier, la direction de Prudential a annoncé qu’elle souhaitait autonomiser ses activités en Europe. La division sera rebaptisée M&G Prudential et aura sa propre cotation. En outre, Prudential a indiqué qu’elle vendrait un portefeuille d’anciens contrats d’assurance (annuités) d’une valeur d’environ 12 milliards de livres à l’assureur spécialisé Rothesay Life.

La motivation à la scission d’une entreprise réside dans le fait que le profil et les perspectives de croissance des activités européennes du groupe diffèrent largement du reste du groupe. Ce raisonnement tient la route : les activités en Europe génèrent énormément de liquidités mais enregistrent encore peu de croissance. En Asie (et dans une moindre mesure aux USA et en Afrique) en revanche, le potentiel de croissance est encore énorme. Du fait de la sensible croissance en Asie et aux Etats-Unis, les activités européennes ne génèrent plus désormais que 15% du bénéfice du groupe. En outre, les CF européens ne sont plus nécessaires pour financer la croissance en Asie. La direction espère pouvoir se voir attribuer une valorisation plus grande grâce à la scission des activités européennes matures.

Les transactions annoncées chez Prudential et Axa, notamment, font office de catalyseurs et inciteront d’autres assureurs à réorganiser eux aussi leur palette d’activités et repenser leur ancrage géographique.



Cet article a été rédigé par Bernard Thant

le 16 mars, 2018

Bernard Thant a obtenu son diplôme en Sciences Commerciales à l’EHSAL (maintenant connu sous le nom Hogeschool-Universiteit Brussel, un collège universitaire à Bruxelles), puis a suivi un cours complémentaire d'un an en Finance et Gestion d'Actifs. Après ses études il a fait la plus grande partie de sa carrière chez Société Générale Private Banking Belgique (précédemment Banque de Maertelaere) en tant qu'analyste financier puis gestionnaire de portefeuille actions. Bernard a rejoint l’équipe Econopolis Wealth Management en septembre 2014 comme analyste financier actions.