Qualcomm ne s’embête jamais

Mercredi dernier, Qualcomm s’est vu infliger une amende de 997 millions d’euros par la Commission européenne (1,2 milliard de dollars). Bien que ce montant soit l’une des plus lourdes amendes antitrust imposées par l’Europe ces dernières années, l’action Qualcomm a à peine sourcillé.

qualcomm

Le groupe américain Qualcomm est un producteur de puces pour appareils mobiles (smartphones, tablettes, …). L’essentiel du bénéfice de l’entreprise provient cependant des accords de licence pour la technologie de téléphonie mobile. A peu près tous les producteurs d’appareils mobiles sont donc (indirectement) clients chez Qualcomm.

BELGIUM-EU-US-ANTITRUST-QUALCOMMLa robustesse de l’action Qualcomm la semaine dernière a plusieurs causes. L’amende de Qualcomm n’est pas une surprise car une enquête était en cours depuis deux ans sur un accord contractuel (de 2011 à 2016) entre Apple et Qualcomm. Cet accord, selon la Commission européenne, empêchait que d’autres entreprises livrent certaines puces à Apple. L’ampleur de l’amende est substantielle (environ 5% du CA), mais ces deux dernières années, la Commission européenne a infligé plusieurs amendes énormes (notamment à Alphabet, Intel, Microsoft, Telefonica, fabricants de camions et de verre). Qui plus est, Qualcomm a indiqué qu’il irait immédiatement en appel contre cette décision car il est convaincu qu’il n’a enfreint aucune règle de concurrence, ni n’a lésé de concurrents ou de consommateurs.

Ce qui a également joué dans la réaction de cours est qu’il ne s’agit pas du premier litige pour Qualcomm. Par le passé, l’entreprise s’est déjà heurtée à plusieurs fabricants de smartphones chinois et coréens, et aux autorités, pour abus (présumé) de sa position de marché dominante. Actuellement, l’entreprise est aux prises avec Apple, qui est indirectement l’un de ses premiers clients. Il n’est pas exclu qu’un accord commercial soit pris et mette fin à ce litige. En outre, une autre enquête est en cours par la Commission européenne à l’encontre de Qualcomm.

Double saga

A Qualcomm sign is pictured at one of its many campus buildings in San DiegoLe cours de l’action Qualcomm dépend également dans une large mesure de deux « sagas » dans lesquelles l’entreprise est impliquée. Pour diversifier ses activités et accélérer sa croissance, Qualcomm a lancé en octobre 2016 une offre sur NXP Semiconductor, l’un des principaux acteurs dans les puces destinées à l’industrie automobile. Ce segment compte parmi ceux dont la croissance est la plus rapide dans le secteur des semi-conducteurs. L’offre de Qualcomm sur NXP s’élève à 47 milliards de dollars (110 dollars par action). Plus tôt dans le mois, Qualcomm a reçu l’autorisation de la Commission européenne et de l’organe coréen de cartel pour cette opération. Les autorités chinoises de la concurrence doivent cependant encore donner leur feu vert. Pour que cette acquisition aboutisse, Qualcomm devra probablement relever son offre car depuis l’annonce de l’acquisition, NXP a publié d’excellents résultats et les valorisations du secteur ont sensiblement augmenté. En outre, Elliott Advisors, un actionnaire activiste ayant pris une participation de 6,5% dans NXP, a enchéri sur son offre. En conséquence de ces facteurs, NXP s’échange actuellement autour de 120 dollars. Une offre supérieure n’est pas impossible pour Qualcomm, qui a une force de frappe financière suffisante.

Qualcomm fait lui-même l’objet d’une offre de reprise. En novembre de l’an dernier, le fabricant de puces Broadcom a lancé une offre hostile d’environ 130 milliards de dollars (70 dollars par action, dont 60 en espèces et le solde en actions) sur Qualcomm. Qualcomm trouve l’offre bien trop faible et pense que l’approbation de la transaction comporte trop de risques (antitrust). Pour étayer son affirmation, l’entreprise a envoyé un courrier à ses actionnaires le 16 janvier, où il annonce ses prévisions de bénéfice de manière explicite pour 2019 (bénéfice par action non-GAAP de 6,75-7,5 dollars). De cette manière, l’entreprise tente de saboter l’offre de Broadcom (ou au moins de provoquer une surenchère).

Dans les prochains mois, l’évolution de cours de Qualcomm sera essentiellement déterminée par les offres de reprise. Ce qui est sûr, c’est que la saga connaîtra encore des rebondissements.



Cet article a été rédigé par Bernard Thant

le 26 janvier, 2018

Bernard Thant a obtenu son diplôme en Sciences Commerciales à l’EHSAL (maintenant connu sous le nom Hogeschool-Universiteit Brussel, un collège universitaire à Bruxelles), puis a suivi un cours complémentaire d'un an en Finance et Gestion d'Actifs. Après ses études il a fait la plus grande partie de sa carrière chez Société Générale Private Banking Belgique (précédemment Banque de Maertelaere) en tant qu'analyste financier puis gestionnaire de portefeuille actions. Bernard a rejoint l’équipe Econopolis Wealth Management en septembre 2014 comme analyste financier actions.