Signaux notables en provenance du marché obligataire

Les indicateurs économiques s’améliorent aux quatre coins du monde et les banquiers centraux commencent prudemment à alléger leurs mesures de soutien monétaire extrême, et pourtant, les marchés obligataires semblent peu s’en soucier. La courbe de taux américaine, le différentiel de taux entre les obligations à deux ans et celles à dix ans, continue en effet de s’aplanir. Cette courbe de taux fut l’indicateur précurseur le plus fiable, et de loin, ces 50 dernières années. Chaque fois que son orientation s’est inversée (lorsque le taux à 10 ans reflue sous le taux à 2 ans), une récession est survenue aux Etats-Unis dans les deux années suivantes. Actuellement, elle est à son plus faible niveau depuis 2007.

us-curve

La courbe de taux plane ne suggère apparemment pas aujourd’hui une faiblesse économique. Le marché obligataire semble peu s’intéresser aux évolutions de l’activités économique, mais semble se concentrer exclusivement sur l’inflation. L’inflation sous-jacente aux Etats-Unis a reculé à nouveau ces derniers mois. Le marché obligataire semble penser que l’inflation restera faible dans les années à venir. Pour autant, on aurait tort d’extrapoler. Après un redressement économique très modéré dans les années qui ont suivi la crise de 2008-09, l’économie mondiale semble enfin vouloir passer la vitesse supérieure. En outre, les prix des matières premières sont clairement orientés à la hausse. Et entretemps, le taux de chômage a nettement baissé. Ces 50 dernières années, le taux de chômage américain n’a été plus faible qu’aujourd’hui qu’en 2000 et à la fin des années 60. Selon tous les paramètres économiques traditionnels, ces circonstances doivent se traduire par une hausse de l’inflation. Bien que le timing soit faussé, il demeure malgré tout plus probable dans ce contexte que l’inflation prenne le chemin de la hausse dans les prochaines années. Le cas échéant, le cadre de réflexion actuel des marchés obligations serait fondamentalement modifié, et les taux pourraient amorcer un net mouvement de rattrapage.



Econopolis

Cet article a été rédigé par Econopolis

le 10 novembre, 2017

< Lisez le dernier article